Emmanuelle Delafraye

Accueil Inédits Haïku de printemps

Haïku de printemps

Mise en ligne d’un travail en cours, saison par saison


 

Dans l’interstice de deux dalles en béton

Un brin d’herbe

palpite

 

Clairière de chênes verts

La pratique lente du taï-chi

Bruissement des arbres

 

Tôt ce matin

Dans un reste de pluie

les coquelicots ont éclos

 

Les enfants l’ont insulté

Les poings serrés de colère

il est seul

 

La pluie m’enferme

Les vitres de la maison

sont du verre de l’aquarium

 

Ciel lavé d’orage

Senteurs de l’herbe foulée

Une fourmi sur sa tige

 

La brise agite

les feuilles de l’olivier

La joie revient

 

La rivière se reflète

sur l’écorce des peupliers

Quiétude

 

A la fenêtre de ma fille

les pétales rouges d’une rose

s’entrouvrent

 

Derrière les herbes

le cri de la grenouille

emplit l’étang

 

Suspendue à son fil

la chenille tombée de l’arbre

reste entre ciel et terre

 

J’apprends la maladie

d’une inconnue

Le vert des feuilles est plus brillant

 

Comme les oliviers

dans leur champ je me laisse

bercer par le vent


Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | réalisé par Éric Würbel