Emmanuelle Delafraye

Accueil Travaux des lecteurs L’Etrangère : écrire un conte

L’Etrangère : écrire un conte

Avec la classe de Cm1 Les Flocons de l’école de Rians


Dans mon village, il y a un vieux magasin abandonné. Il est toujours à l’ombre, comme si le ciel au-dessus de lui était tout le temps orageux. Ses vitres sont si sales qu’on ne peut pas voir ce qu’il y a à l’intérieur. Des ronces ont poussé autour de ses murs
Il y a très longtemps ce magasin vendait des déguisements d’Halloween. Les déguisements étaient tellement effrayants que personne ne voulait les acheter. Le magasin a fait faillite et nul ne sait ce qu’est devenu son propriétaire. Le nom du magasin, « Sorts et enchantements », a été dilué par la pluie des orages. Seules sont restées quelques lettres qui forment le mot « hanté ».

J’ai dix ans. Je vais dans une toute petite école, joyeuse et lumineuse. On y entend les jeux et les rires des enfants. Dans ma classe, je suis le plus petit. Je reste souvent seul car j’aime jouer à des jeux d’enfant : petites voitures, dinosaures, figurines ...
Certains enfants se moquent de moi et de mes jouets. Ils disent que ce sont des jeux de bébé. Je ne suis pas un bébé, mais cela me plaît de jouer ainsi, entouré par la vie de l’école. Et tant pis si personne ne souhaite partager mes jeux, je reste tranquille, j’observe et je joue, je suis bien.

Mais, depuis quelques temps, trois grands de la classe du dessus m’ont repéré et viennent me provoquer.
- Alors, mauviette, c’est vrai que tu joues à des jeux de bébé ?
- C’est ta mère qui t’habille le matin ?
- Tu joues pas avec les autres, c’est parce que t’es un trouillard !

Je ne suis pas un rapporteur. Je ne veux pas le dire aux maîtresses. Ces enfants méchants se moqueraient encore plus de moi. Je ne veux pas en parler à la maison non plus. Je ne veux pas qu’on se fasse du souci pour moi. Je ne demande rien à personne.
Il ne se passe plus une journée sans qu’ils viennent m’embêter, me bousculer, se moquer. Ils ne sont pas très intelligents et pas du tout intéressants mais je n’arrive plus à les ignorer. Je n’en peux plus.
 

A suivre ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP | réalisé par Éric Würbel